Sur les traces de Vivens en juillet 1702 – Généalogie du complot camisard

Couverture Vivens RECTO
Couverture Vivens

Sur les traces de Vivens en juillet 1702 – Généalogie du complot camisard

20,00 

Faire sa généalogie et rencontrer l’Histoire dans « la Cévenne huguenote » a été une longue aventure pleine de surprises. Découvrir parmi les premiers camisards recherchés « un nommé Deleuze de Lancize et un David Pascal arrêté » a été l’objet de recherches passionnantes et le point de départ de cet ouvrage. La nécessité de confronter la généalogie de ses ascendants à l’Histoire a conduit l’auteur à se poser de nombreuses questions sur le début de la guerre des Cévennes en juillet 1702. Dès lors tous les protagonistes de ce drame, et pas seulement ses ascendants, devaient participer à cette étude.

Le résultat de ces recherches menées sur une vingtaine d’années permet de trouver un fil conducteur entre la révocation de l’édit de Nantes le 17 octobre 1685 et le début de la guerre le 24 juillet 1702. On va y découvrir une évidente logique dans la succession des évènements des 24, 25 et 26 juillet 1702. Le rôle de François Vivens, prédicant emblématique, tué par les troupes royales le

19 février 1692, apparaît comme essentiel dans l’action de Gédéon Laporte premier chef camisard.

Le procès fait à la mémoire de Gédéon Laporte après sa mort est édifiant ; il décrète que « sa mémoire demeure éteinte et supprimée et condamnée à perpétuité… » Plus de trois siècles après il n’en est rien, seuls ses juges ont définitivement disparu. Il est dangereux de créer des martyrs.

Entre la révocation et le début de la guerre, un processus de radicalisation de ces acteurs, faisant suite aux exactions endurées, sera souligné. Une spirale de la violence va être graduellement mise en place. Ces atrocités sur fond de religion ne peuvent que nous interpeller et nous plonger dans une actualité brûlante. Les leçons de l’Histoire méritent d’être retenues.

220 pages

Description du produit

Jean Deleuze, alésien, a fait ses études de médecine à Montpellier, où il a exercé la médecine générale jusqu’en 2009. Passionné avec son épouse, Colette LAURENT, de généalogie depuis très longtemps, membre de l’Association des Chercheurs et Généalogistes des Cévennes depuis 1997, il a exploré avec passion et rigueur ses racines, dans le dessein de transmettre à ses enfants et petits-enfants cet esprit de résistance à l’oppression incarné par les cévenols.

Information complémentaire

Poids 403 g
Dimensions 24 x 17 cm

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Sur les traces de Vivens en juillet 1702 – Généalogie du complot camisard”